Les principales variantes d'affacturage en un clin d'œil

Le terme “affacturage” vient du mot latin “factura” pour facture. Dans le cadre de l’affacturage, les postes ouverts débiteurs d’une entreprise sont cédés à un institut d’affacturage (l’affactureur). L’affactureur avance immédiatement le montant des factures à l’entreprise et prend en charge la gestion des paiements des débiteurs.

Depuis le début du 21ème siècle, l’affacturage est de plus en plus connu et accepté en Suisse. Le volume traité par l’affacturage a augmenté au fil des ans pour atteindre plus de 3,8 milliards de francs suisses.

A présent, il existe de nombreuses variantes d’affacturage. La liste ci-dessous donne un aperçu des formes les plus courantes d’affacturage.

L’affacturage classique

L’affacturage classique est l’option d’affacturage la plus courante. A part le financement des créances, il comprend également une protection contre le défaut de paiement pour les créances financées. En outre, la gestion complète du poste débiteurs est confiée à l’affactureur. Cela permet à l’entreprise de bénéficier d’un allègement supplémentaire dans le domaine administratif.

L’affacturage non géré

Si l’affacturage doit être utilisé principalement pour financer la croissance des entreprises, l’affacturage non géré est une option appropriée. Avec cette forme de factoring, les créances sont préfinancées et assurées comme d’habitude. Des liquidités supplémentaires sont à la disposition de l’entreprise. Toutefois, la gestion des créances reste du ressort de l’entreprise. Cela est particulièrement judicieux si les créances sont déjà gérées efficacement ou si d’autres raisons organisationnelles s’opposent à l’externalisation.

L’affacturage sans recours ou avec recours

Si le risque de défaillance d’un débiteur est supporté par l’affactureur, on parle de factoring sans recours (ou réel). En revanche, une solution d’affacturage sans protection contre le défaut de paiement est appelée affacturage avec recours (ou artificiel). En Suisse, l’affacturage sans recours est rarement utilisé.

L’affacturage sélectif

Si une entreprise se décide en faveur de l’affacturage, les créances résultant de la livraison/du service de tous les débiteurs sont généralement cédées au factor dans le cadre du contrat d’affacturage. Avec l’affacturage sélectif, certains débiteurs sont exclus d’avance de la coopération. Les raisons les plus courantes de l’exclusion des débiteurs sont les situations de compensation de créances, un très bon historique de paiement du débiteur, les clients privés ou les débiteurs étrangers de pays non-membres de l’OCDE pour lesquels aucune protection contre le défaut de paiements ne peut être offerte.

Affacturage confidentiel ou notifié

Dans le cadre de l’affacturage notifié, le débiteur est informé de la cession de la créance à l’affactureur. Sur chaque facture de l’entreprise figure une notification informant le débiteur des modifications des détails de paiement et des relations juridiques. Pour atteindre l’effet libératoire, le règlement de la créance ne peut être versé qu’à l’affactureur. L’entreprise reste directement responsable du service à la clientèle et de toute réclamation concernant le produit ou le service.

Avec l’affacturage confidentiel, les débiteurs ne sont pas informés de la cession des créances. Le facteur reste invisible pour eux. En raison de considérations de risque, l’affacturage confidentiel est rarement proposé. Le facteur n’a pas la possibilité de vérifier les créances cédées. Ceci exige une gestion des risques plus intensive et la prise en charge potentielle de risques de pertes plus élevés par le facteur.

Source d’image : Fotolia/Rawpixel.com

Obtenez des conseils 

Retour à la vue d’ensemble

 

Formulaire de contact

* Renseignements obligatoires

A.B.S. Factoring AG
Zürcherstrasse 104
CH-8852 Altendorf

Tel.: +41 55 556 40 00
Mail: info@abs-factoring.ch